Revenir à soi

Plaquer Paris pour écrire des romans et faire pousser des carottes, c’est possible ! Ou comment j’ai enfin changé de vie.

La fin d’un cycle

Cela fait des mois (ok, plus d’un an) que je n’ai rien posté ici. J’ai commencé ce blog peu avant le grand bouleversement du COVID, celui qui a redistribué les cartes de l’intime et du social, du soi et de l’autre. Je m’étais mis la pression, je voulais qu’il soit parfait, je suis devenue incollable sur le référencement, les mots-clés, la longueur idéale des phrases… et je me suis éloignée de mon envie initiale, celle de partager, perdant tout plaisir à tenir ce blog. Et puis, il est vrai que le choc de l’annonce de la pandémie et mon confinement dans un appartement parisien ont mis un terme à cette contrainte « bloguesque » ( ?! ) que je m’étais imposée, et chamboulé pas mal de choses en moi, marqué la fin d’un cycle, en quelque sorte…

Ce cycle a apporté son lot de petites réussites, de belles rencontres, mais aussi ses coups durs, ses amères trahisons amicales ou professionnelles, et une vie de plus en plus éloignée de ce à quoi j’ai toujours aspiré. Je ne suis pas mondaine, je ne suis pas hyper-sociable bien que je donne parfaitement le change (mais à quel prix ? je vous renvoie à mon post sur l’introversion), je m’épuise dans les relations où il faut se forcer à sourire, dans les « small talks » que j’exècre… et je n’aime pas la ville, ses lumières et ses bruits, son stress, l’absence d’horizon. Ces « surstimulations » m’irritent autant qu’elles me drainent.

Ciao le métro

J’ai toujours rêvé de nature sans jamais oser franchir le cap de la vie à la campagne. Pourtant, je ne suis jamais aussi heureuse qu’entourée de verdure, d’animaux, de chants d’oiseaux… Cependant c’était toujours pour plus tard, j’attendais le bon moment, la main qui tiendrait la mienne et initierait le mouvement, j’avais peur de devoir tout recommencer quelque part, moi qui ai pourtant vécu dans des pays étrangers, suis souvent repartie de zéro… Mais il est vrai qu’en vieillissant, on craint de quitter ce qu’on connaît, ceux qu’on aime. Je crois que je suis beaucoup restée pour mes amis, parce qu’ils ont remplacé, dans mon cœur, la famille que je n’ai pas. Mais même les amis ont fini, pour la plupart, par aller respirer un autre oxygène et j’ai réalisé que je devais en faire autant, que c’était maintenant ou jamais, que c’était à moi de donner l’impulsion. Alors j’ai sauté le pas. Parce que la vie est courte et que je ne voulais pas vivre un jour de plus cette vie qui ne me correspondait pas.

J’ai dé-mé-na-gé. Et vous n’imaginez pas (ou peut-être que si, si vous me connaissez un peu) le grand sourire que j’ai en écrivant cela !

Sacré contraste avec Paris, à l’arrivée !

Une nouvelle vie, de nouvelles priorités

Dès le premier confinement, ma décision était prise. En août, je visitais la maison qui m’accueillerait en 2021. Fin janvier, je prenais mes deux chats sous le bras (rappelez-moi à l’occasion de vous raconter ce voyage épique avec un chat qui panique dans sa caisse de transport, « lâche tout » et vomit en sus parce que l’odeur de ses déjections l’incommode (et vous aussi), vous obligeant à rouler fenêtres ouvertes avec une température extérieure approchant du 0°C) et je quittais Paris. Bien sûr, entre la prise de décision et ce jour… j’ai fait beaucoup de tri, dans mes affaires, dans ma tête, dans ma vie.

En fait, c’est du tri dans ma tête que tout a découlé naturellement. J’ai laissé tomber des activités qui ne m’apportaient plus aucune satisfaction, j’en ai mis d’autres de côté pour mieux y revenir plus tard, j’en ai (re)découvert d’autres. Et j’ai envie de partager cela avec vous, sur ce blog.

Écrire, jardiner, vivre…

Aujourd’hui, mon travail d’écriture se déploie essentiellement dans le scénario (tv pour l’instant, mais…) parce que j’ai eu besoin de faire une pause dans l’écriture de romans (si les raisons vous intéressent, dites-le moi en commentaire, je ferai un post à ce sujet) mais aujourd’hui je suis à nouveau prête à concilier les deux. Et je continue de proposer des ateliers d’écriture.

J’ai aussi pris la décision de penser à moi, de m’accorder du temps, du repos, du fun. Finies les journées de travail qui se terminent dans la nuit ! Finis les week-ends inexistants ! Terminé de ne jamais prendre de repos, de vacances ! Je pense à moi, à mes proches, à mon épanouissement qui, non, ne passe pas que par l’écriture (c’est-à-dire le travail, n’en déplaise à ceux qui ne conçoivent pas que ça en soit un). Bonjour le jardinage et le bricolage qui me passionnent autant qu’ils me détendent, m’apportant la satisfaction de créer de mes mains, de voir mes idées prendre forme physiquement ! Bonjour aussi la détente, le farniente, les petits verres en terrasse à nouveau possibles ! Et re-bonjour à vous, qui me suivez peut-être encore ou me découvrez !

Ici, il sera donc toujours question d’écriture, bien sûr, avec le quotidien, les doutes, les joies de l’autrice que je suis. Je continuerai de vous transmettre des techniques de temps à autres, de vous proposer des ateliers. Mais il sera aussi question de nature, de jardin, de bricolage, de travaux, de loisirs, d’humeur du jour… enfin plutôt de la semaine ou du mois selon l’envie et l’emploi du temps de la dame !

Bref, je reviens vers vous,

Je reviens à moi.

Revenir à soi

Laisser un commentaire

11 Commentaires
  • gregorguillot
    mai 28, 2021

    La natuuuuure !

    • Jeteuse d'encre
      mai 28, 2021

      ouiiii !

    • Valérie Mercier
      mai 28, 2021

      Bonjour et merci pour ces nouvelles formidables… Qui trouvent presque un écho avec ma décision à moi : quitter… mon mari !
      Ce sera chose faite bientôt, nouvelle vie, seule, avec mon chat (qui ne vomira pas, elle 🤣).
      Comme je vous comprends, à tout point de vue ! La nature, le calme, la paresse un peu, les loisirs beaucoup ! Autant de choses dont il faut profiter…
      La pandémie aura au moins eu cet effet là chez un bon nombre de gens : dévoiler les choses nécessaires et essentielles à sa propre vie !
      Comme un mantra évident, que j’ai fait mien depuis un moment : CARPE DIEM 😊
      Plein de bonheur, de joie dans ce nouveau départ, hâte d’avoir d’autres news 😘

      • Jeteuse d'encre
        mai 29, 2021

        Vous avez bien raison de profiter de chaque jour, je vous souhaite une belle nouvelle vie 🙂

  • Loïc
    mai 28, 2021

    Je me reconnais étrangement alors que je n’ai rien fait de ma vie 🤷🏻‍♂️

    • Jeteuse d'encre
      mai 28, 2021

      En fait, je pense qu’on est assez nombreux à ressentir cela… Du coup, si cet article peut un peu aider, ce serait chouette !

  • virginiejamet37
    mai 28, 2021

    Quel plaisir de vous retrouver.
    Bravo pour avoir osé franchir le cap. Je crois que nous sommes beaucoup à y penser. Cette pandémie aura eu effet de nous aider à redéfinir nos priorités.
    Peut être que nous avions besoin de cette impulsion.
    C’est une bonne nouvelle si en plus de l’écriture nous pourrons parler bricolage et jardinage.
    La nature, rien de tel pour se ressourcer, se retrouver..
    A bientôt

  • laplumedelulu
    mai 28, 2021

    Te revoilà Ingrid. Enfin. Où que tu dois, quelque soit l’heure, je t’embrasse. ❤️

    • Jeteuse d'encre
      mai 29, 2021

      Enfin, oui 🙂 merci !

  • Jeteuse d'encre
    mai 29, 2021

    Oui, il est bon de trouver du positif dans tout ce marasme 🙂 hâte de reprendre nos échanges sur tous ces sujets !

  • annie laplace
    mai 30, 2021

    Et le vélo dans tout celà ? Nature oui mais laquelle ? Terrain plat, collineux comme dirait mon ami Joop, le hollandais, cols infranchissables ? A moins que vous ayez troqué le vélo contre un cheval ou un chameau….

Ateliers d’écriture et Masterclass dans les Cyclades

Ateliers d’écriture et Masterclass dans les Cyclades

L’évocation du mois de septembre vous déprime ? Vous rêvez déjà de prolonger la magie de l’été, ...

Introverti, mode d’emploi

Introverti, mode d’emploi

Être introverti et exercer un métier public... compatible ou impossible ?

Chroniques d’un confinement “Anne, J-1”

Chroniques d’un confinement “Anne, J-1”

Les chroniques d'un confinement sont les portraits fictifs de personnages aux prises avec une crise bien réelle. Celle du coronavirus. Découvrez leur histoire ! ...

Précédent
Si le confinement m’était conté
Revenir à soi