Conseil d’écriture #2 : enivrez-vous

Écrivez dans l’ivresse, relisez-vous dans la sobriété !
Il me semble que cette citation fut un temps attribuée à Gide, mais quand bien même elle serait le fruit de la pensée d’un autre auteur, voire de mon boulanger, elle n’en est pas moins vraie. C’est d’ailleurs un des conseils que je donne le plus souvent à mes élèves en atelier !

Écrire dans l’ivresse.
Pourquoi ? me demanderez-vous.
Pour cinq raisons ! vous répondrai-je.

1- Enivrez-vous d’écriture

Vous l’avez sûrement remarqué, nombre d’auteurs — et j’en fais partie — clament à qui veut l’entendre qu’ils sont accros à l’écriture, qu’ils ont besoin d’écrire, de se retrouver face à leur page blanche ou leur écran sans quoi ils dépérissent.
Pourquoi ? Parce qu’écrire, c’est partir en voyage dans les contrées de son imaginaire, se laisser griser par le flot d’émotions et de sensations que l’on convoque, c’est vivre mille vies, se laisser habiter par des pensées qui nous sont étrangères, se projeter en des époques et des lieux dépaysants.
Et c’est agréable !
Écrire implique de lâcher-prise, d’accepter le soi et le non-soi, de repousser les limites de son être, de son intellect. Se laisser enivrer par l’écriture c’est vivre les choses intensément, perdre la notion du temps, du monde qui nous entoure. Après tout, il n’y a pas que les lecteurs qui ont des droits étranges

Conseil d'écriture : enivrez-vous
Profitez-en, c’est légal !

Vous qui écrivez, vous avez une occasion en or de vous évader, de vous raconter l’histoire que vous aimeriez lire ! Alors laissez-vous entrainer par votre plaisir, celui-ci ne vous procurera aucune culpabilité, à condition de suivre le conseil suivant…

2- Exit la censure et les tabous

Ivre, on se fiche du regard des autres.
Ivre, on laisse tomber ses inhibitions.


Suivez-mon conseil et faites-en de même lorsque vous écrivez. La créativité s’accommode mal des complexes et du qu’en dira-t-on. Au contraire, l’écriture est un des derniers bastions de la liberté individuelle. De la liberté de penser, d’exprimer, de ressentir. Pourquoi nous priverions-nous d’un tel privilège ?

Bien sûr, il peut être tentant de se retenir un peu, d’y aller mollo dans l’argot et les gros mots, les scènes de violence ou de sexe… Pourtant, un roman est à l’image de la vie, la vraie, celle où nous sommes finalement assez éloignés d’enfants de chœur. Si vous voulez qu’un personnage soit crédible, faites-le parler « vrai ». Si vous souhaitez qu’une scène soit réussie, n’ayez pas peur des mots  !

Conseil d'écriture : enivrez-vous
Oui, votre mamie sera choquée !

Quand on débute, bien sûr, c’est toujours un peu embarrassant de se dire que maman, mamie, tonton et les collègues vont nous lire. Que vont-ils penser de nous ? Pour qui vont-ils nous prendre ? La réponse est : pour un écrivain. Ni plus, ni moins. Et quand bien même ils seraient un peu surpris, assumez !

Il m’arrive encore qu’on me dise :
« — Tu y vas fort, quand même !  »

Ou encore qu’un ami me présente à quelqu’un ainsi :

« — Voici Ingrid, elle écrit des choses horribles » (véridique… je vous laisse imaginer la tête du gars en face, ou la mienne). »

Pourtant, au lieu de me sentir honteuse ou de tenter de me justifier, je me contente d’esquisser un grand sourire et de dire merci.
Après tout, je fais de l’effet c’est plutôt un compliment, non ?

3- Attention à la gueule de bois

Je vous conseille de sortir votre premier jet sans trop vous relire ni exercer de contrôle sur le texte. Laissez jaillir vos idées, vos personnages, votre intrigue. Si tout n’est pas en place, cohérent, s’il y a des coquilles et des répétitions, ce n’est pas bien grave à ce stade-là. L’essentiel est d’aller jusqu’au bout de son histoire, de la livrer entièrement ou du moins dans les grandes lignes. De la faire exister.

Et une fois que vous avez accouché du bébé, enfermez-le dans un placard.

Oubliez votre texte pendant quelques semaines. Ne le relisez sous aucun prétexte, même si la tentation est grande, même si vous venez d’avoir une super idée pour l’améliorer. Notez votre super idée dans un carnet et fichez la paix à votre histoire. L’écriture exige de la patience.

Pourquoi ?
À cause de l’effet « gueule de bois ».

Conseil d'écriture : enivrez-vous
Il est temps de laisser bébé votre manus’ dans un coin


Vous avez écrit dans l’ivresse, vous avez lâché les rênes, sans censure ni tabou, sans même trop surveiller votre style. Si vous vous relisez tout de suite après, vous allez tout détester. Trouver votre texte à vomir. Et vous ne serez pas objectif·ve.
La raison est toute simple : cette histoire, vous la connaissez par cœur, elle est trop fraîche pour vous surprendre.

Alors vous allez simplement vous focaliser sur un style forcément améliorable, et sur cette intrigue que vous trouverez archi-téléphonée. Bref, vous ne serez pas capable de vous mettre à la place d’un lecteur qui découvre un roman, et risquerez de supprimer ou modifier des éléments primordiaux pour la compréhension du texte. Et ça, vous ne le voulez vraiment pas, croyez-moi !

4- Le temps de la sobriété

Quelques semaines ont passé.

Les premiers jours ont été difficiles : vous ne pensiez qu’à votre histoire, aux moyens de l’améliorer. En ajoutant un dialogue par-ci, une scène d’action par-là… Peut-être même en avez-vous rêvé. Et puis, peu à peu, vous êtes passé·e à autre chose. Vous avez lu un livre, regardé un film, appris de nouvelles choses, renoué avec vos propres émotions. Les personnages se sont détachés de vous et vous manquent moins, l’intrigue est toujours là mais semble un peu atténuée…

Il est temps de vous relire.

Et là, je vous conseille de vous relire comme vous liriez le roman d’un·e autre. D’ailleurs, si vous suivez mon conseil de le laisser dormir, vous aurez une impression de nouveauté, d’étrangeté même… vous découvrirez des passages sans avoir le moindre souvenir de les avoir écrits ! Et croyez-moi, cette sensation est aussi curieuse qu’agréable !

Conseil d'écriture : enivrez-vous
Bon, il y a encore du taf, les gars !

Si possible, imprimez votre texte, vous le verrez sous un autre jour et cela facilitera la prise de notes. Et enfin : travaillez-le. Ne vous laissez rien passer. Ni les fautes, ni les phrases interminables qui ne servent à rien, ni les private jokes qui ne font rire que vous… Reprenez le carnet où vous avez noté vos dernières idées, testez-les. Soyez sans concession, revoyez votre copie, ajoutez des éléments, revoyez votre structure* si elle est bancale, affinez votre vocabulaire. 

Relisez-vous, donc. Et surtout : réécrivez !

*La structure, c’est la colonne vertébrale de votre roman. Le meilleur moyen de ne pas avoir à la revoir et de prendre le risque que les trois quarts de votre roman s’écroulent comme un château de cartes, c’est de la bétonner en amont, avant même de commencer à rédiger. Vous avez besoin d’apprendre à construire une structure ? Mes ateliers d’écriture et mes Masterclass peuvent vous aider.

5- Un petit vers pour la route ?

Réécrivez à la lumière de cette sobriété nouvelle.

Laissez-vous reprendre par les sensations, la joie d’écrire, l’euphorie de rendre le texte encore meilleur. Vous venez de passer un cap, de gagner en efficacité, en professionnalisme.


C’est grisant.


Humez le bouquet de cette nouvelle version, admirez la robe de ses mots… mais attendez… Vous n’auriez pas rechuté ?

Si.

Conseil d'écriture : enivrez-vous
#balek #yolo

Et justement, c’est ça qui est bon.

J’espère que ce conseil d’écriture vous a plu ! N’hésitez pas à me dire en commentaire comment vous vous sentez quand vous écrivez… Et pourquoi pas si vous avez déjà tenté d’écrire avec un verre dans le nez !

Je vous dis à bientôt et d’ici là… enivrez-vous bien !

crédits photos @Alexa_Fotos et @Logga Wiggler – Pixabay

Vous avez aimé cet article ? 

Épinglez-le sur Pinterest ! 

Conseil d’écriture #2 : enivrez-vous

Laisser un commentaire

1 Commentaire
  • Louise
    février 9, 2020

    Que de conseils pertinents !
    J’avoue, même si je ne me sens pas de passer à l’action immédiatement, je prends vos conseils avec bonheur. Des conseils qui peuvent s’appliquer également aux avis de lecture que je publie.
    Alors, tout simplement merci !

Introverti, mode d’emploi

Introverti, mode d’emploi

Être introverti et exercer un métier public... compatible ou impossible ?

Amour fou

Amour fou

Découvrez 9 anecdotes sur Amour fou, la nouvelle série sur Arte avec Jérémie Renier et Clotilde Hesme - adapté du roman Tout pour plaire ...

Mystery Party spéciale Rétrogaming

Mystery Party spéciale Rétrogaming

Une Mystery Party spéciale 90's et Retrogaming à Enghien-les-Bains. De sa conception à sa réalisation.

Précédent
Mystery Party spéciale Rétrogaming
Conseil d’écriture #2 : enivrez-vous