Conseil d’écriture #1 : lisez

Peut-être l’avez-vous entendu des dizaines de fois sans qu’on vous en explique les raisons. Peut-être ce conseil vous paraît-il contre-intuitif et qu’au contraire, vous évitez de trop lire de peur de plagier un auteur malgré vous ?
Et pourtant, c’est le premier conseil que doit suivre toute personne qui souhaite être lue.
 

Lire pour être lu·e.
Pourquoi ?  me demanderez-vous.

Pour cinq raisons ! vous répondrai-je.

1. Lisez pour comprendre ce que vous aimez. 

Imaginons que lire des romans historiques ne soit pas votre truc. Mais alors pas du tout de chez pas du tout. Et que votre kif à vous, ce soit plutôt la science-fiction.

Une fois en librairie, allez-vous opter pour un roman dont l’intrigue se déroule au XVIe siècle ou pour un ouvrage d’Isaac Asimov ? Il est fort à parier que vous allez vous orienter vers le second. Parce qu’il active le circuit du plaisir et de la récompense dans votre cerveau, et parce que cette activation justifie le coût du livre et le temps que vous allez passer à le lire.

Logique.

Imaginons maintenant que vous preniez tout de même le roman historique. Peut-être parce qu’on en parle beaucoup autour de vous, ou parce que vous vous dites que vous devriez faire cet effort et n’êtes pas à l’abri d’une bonne surprise.

Quelle est la probabilité que vous viviez tout de même cette lecture comme une corvée, voire que vous laissiez tomber en cours de route ? Je n’ai pas les chiffres mais je vous parie qu’elle est forte.

Et bien sachez qu’il en va de même pour l’écriture.

Ce que l’on aime faire, on le fait et on le fait bien.
Certes, cette phrase a des allures de lapalissades, mais elle est on ne peut plus vraie.

L’écriture, comme la lecture, doit rester un plaisir avant tout.

Ce moment où l’on se retrouve face à son écran (ou sa feuille blanche) est un moment qui n’appartient qu’à soi, un moment de pure joie, d’évasion. Un moment où tout votre être se met en vibration avec ce que vous faites. Et cette vibration doit vous transporter.

D’ailleurs j’ai un scoop pour vous : du plaisir d’écrire découle le plaisir de lire. Vous aurez beau vous forcer, si écrire votre roman vous a ennuyé·e il y a de fortes chances que le lire soit ennuyeux aussi. Car les lecteurs sentent ces choses-là !

Vous avez des difficultés à déterminer le genre qui vous correspond le mieux ? Laissez-moi vous envoyer un exercice très simple qui vous aidera à y voir plus clair. Pour cela, inscrivez-vous  à ma Newsletter* et précisez que vous souhaitez recevoir cet exercice ! 

*Tout en haut de la barre latérale !

2.  Lisez pour savoir comment vous aimez.

Quand vous parlez d’un roman qui vous a particulièrement plu, que mettez-vous en avant ?

  • Le style de l’auteur
  • L’ambiance
  • L’intrigue
  • Les personnages
  • Les scènes marquantes

Répondre à cette question vous aidera à définir vos points forts, ceux que vous allez travailler le plus facilement et qui serviront de fondations à votre roman.

jeteusedencre.com

Cela vous permettra aussi de déterminer vos zones aveugles, c’est-à-dire les points auxquels vous êtes moins sensibles et que vous aurez tendance à négliger dans votre écriture, afin de rectifier le tir.

3. Lisez pour acquérir des automatismes.

Tout roman, de l’autofiction au thriller en passant par la romance ou la science-fiction, obéit à des règles implicites à sa catégorie.

C’est ce qu’on appelle les codes du genre.

Chaque genre induit un schéma d’intrigue, un type de personnages, un ton, une ambiance…

Pour illustrer ce point, prenons le cas du très british Cozy Mystery (ex : Agatha Raisin ou Les détectives du Yorkshire). On y attend :

  • Une intrigue peu sanglante.
  • Un cadre intime (village, quartier).
  • Des personnages hauts en couleur.
  • Une héroïne que rien ne prédestinait à enquêter sur ce mystère mais qui va se révéler grâce à lui.
  • Une ou deux fausses pistes.

Ajoutons à cela quelques scènes émouvantes ou comiques et le tour est joué !

Voilà ce que les lecteurs de cozy mystery s’attendent à lire, voilà ce qu’ils aiment, voilà ce qu’ils recherchent. Tant que je n’aurai pas saisi les ressorts, la dynamique de ce genre, je serai à côté de la plaque et obtiendrai des retours négatifs.

CONSEIL #1 : LISEZ

Alors bien sûr, vous pourriez m’opposer que votre intention est justement de casser les codes, d’apporter un souffle nouveau au genre et je saluerais votre courage… tout en vous rappelant que Picasso était aussi un grand peintre académique. Avant de casser les codes, il est préférable de les avoir assimilés, ne serait-ce que pour ne pas se tirer une balle dans le pied en faisant des contresens, en étant dramatiquement hors-sujet.

Si vous voulez aller plus loin sur la question du genre, de la catégorie, du type de roman, jetez un œil à mes Masterclass.

4. Lisez pour améliorer votre style.

Tout d’abord, commençons par l’évidence : lire enrichit le vocabulaire.

Pourquoi est-ce important ? Parce que disposer de vaste champs lexicaux est essentiel pour installer une ambiance, exprimer ses idées avec précision, en peu de mots et encore moins de répétitions.

CONSEIL #1 : LISEZ

Ensuite, s’atteler à la rédaction d’un roman ou d’une nouvelle peut paraître compliqué. On se pose des tas de questions qui nous paralysent complètement.

En voici quelques exemples (liste non exhaustive, en réalité elle est longue comme le bras !)

  • Comment bien débuter son histoire ?
  • Par quoi commencer ou finir un chapitre ? 
  • Comment faire parler ses personnages ?
  • Doit-on écrire au passé ou au présent ?
  • Qui présente l’intrigue, un narrateur omniscient ou l’un des personnages ?

Vous vous reconnaissez ?

Alors sachez que non seulement lire vous permet de répondre à ces questions en décortiquant ce que font les autres auteurs. Mais dites-vous aussi que plus vous lirez, plus vous allez intégrer ces automatismes naturellement ! Si ça ne s’appelle pas joindre l’utile à l’agréable…

Alors ? Quelle sera votre prochaine lecture ?

5. Lisez pour savoir qui va vous publier.

Petit bonus pour celles et ceux qui souhaitent présenter un texte à un concours ou se faire éditer.

Nous avons vu qu’il est important de savoir ce qu’on aime lire, pour déterminer ce que l’on aimera écrire.

La question suivante étant : à quel éditeur proposer votre manuscrit ?

La réponse est simple. Une fois que vous avez recensé les romans qui vous ont particulièrement plu, d’un genre proche du vôtre (qu’il soit achevé ou encore en projet), notez quelles sont les maisons d’éditions qui les publient, voire le nom de la collection à laquelle ils appartiennent s’il y en a une.

Ainsi, quand vous enverrez votre manuscrit, vous augmenterez vos chances d’être publié·e·s en ciblant un éditeur susceptible d’être intéressé par votre histoire.

CONSEIL #1 : LISEZ

Ce CONSEIL#1 vous a plu ? aidé·e·s ?
Faites-le moi savoir en commentaire et n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !

Je vous dis à bientôt et d’ici là… écrivez bien !

Cet article vous a plu ? Épinglez-le sur Pinterest ! 

Conseil d’écriture #1 : lisez

Laisser un commentaire

4 Commentaires
  • DIMANCHIN
    janvier 28, 2020

    Ma mère était enseignante et passionnée de lecture. J’entends depuis petite, si tu veux savoir écrire, lis.
    Pour plein de raisons:
    – l’orthographe
    – la grammaire
    – le style…
    Malgré tout, et même si je lis beaucoup, la lecture de “véritables auteurs” crée sur moi un complexe d’infériorité qui m’empêche souvent d’écrire, à base de: tu n’es pas Victor Hugo détends toi; à quoi bon tu ne seras jamais lu…
    Bref, je continue à lire parce que j’adore ça, et j’en connais les bienfaits, mais plus je lis, moins j’écris

    • Jeteuse d'encre
      janvier 28, 2020

      Je rebondis sur le terme “véritable auteur”.
      Qu’est-ce qu’un auteur ? Un vrai ?

      Quelqu’un qui raconte une histoire, passe une émotion, joue avec les mots… C’est un témoin de son époque ainsi que des craintes et espoirs de ses contemporains. De leur langage aussi.
      (Re)lisez vos auteurs contemporains préférés et vous verrez qu’ils ne sont pas Hugo ou Zola non plus. Ça ne les empêche pas d’écrire, d’être publiés, d’être lus et appréciés.

      Je crois que s’agissant d’écriture, il faut être indulgent avec soi-même. Si ça vous fait du bien, si vous le faites avec sincérité, alors pourquoi vous en priver ? Croyez-moi, tout auteur a son lecteur !

  • Nathalie
    janvier 28, 2020

    Lire,
    Une ouverture sur le monde
    Une ouverture sur les autres
    Lire,
    Un apprentissage multiple
    De l’orthographe à la musicalité des mots
    Lire,
    Un plaisir depuis que j’ai appris

    Par contre, écrire pour être lu n’a jamais fait partie des options.
    Écrire c’est généralement pour moi, pour coucher les mots et les maux, les émotions et les libérer.

    Je crois que je n’avais envisagé la lecture comme support à l’écriture. J’aime cette nouvelle possibilité que nous offre la lecture.

  • Raoul
    janvier 29, 2020

    De bons conseils pour débuter
    Merci

Précédent
Sortir des sentiers battus
Conseil d’écriture #1 : lisez